11 novembre 2011
      
 
Accueil
Les textes de loi
Les cartes
Articles de Presse
Archives
Scoop
Téléchargement
Contact
Passeport

               

Monsieur Nicolas SARKOZY, Président de la République

 

 

 

 

Voilà une quinzaine d’années, Jean de Pingon exhumait la légitimité cachée de la Savoie au cours de ses recherches historiques. Après la parution de son livre : « Savoie Française » aux éditions CABEDITA en 1996, sa découverte majeure fût sans nul doute l’abrogation du Traité d’Annexion en 1947 agrémentée des spécificités juridiques incessibles de « notre petite patrie nichée au cœur de l’Europe ». Parmi celles-ci,  il convient de mentionner les quatre principales dans l’ordre qu’il vous plaira :

 

·          Une zone de neutralité

·          Une zone franche

·          Une souveraineté populaire

·          Le souverain Sénat de Savoie

 

 

 

Aujourd’hui la Savoie est emplie d’amertume face aux odieuses trahisons des républiques françaises successives qui n’ont eu cesse de violer le droit international et de profaner la constitution française pourtant claire dans son article 55.

Cette situation inouïe puisqu’unique au monde, où le pays des droits de l’homme maintient une attitude résolument anti républicaine contraire à ses valeurs ne saurait faire durer une anomalie aussi choquante par son énormité.

L’idée rocambolesque d’un éventuel référendum organisé par les institutions françaises avec le soutien de certains élus savoyards fait figure d’une parodie démocratique contraire à la chartre internationale des droits de l’homme.

On n’a jamais vu un peuple voter pour ou contre sa légitimité puisqu’elle lui appartient de manière indéfectible. La politique française de désagrégation, résultat d’une stratégie colonialiste déguisée à l’égard de la Savoie conduit à dénoncer publiquement cette arnaque monumentale soigneusement étouffée par la tutelle jacobine.

Malgré cet embarras bien compréhensible, quel sera demain le régime institutionnel  de la Savoie ?

 

 

Cette question m’amène aux interrogations suivantes que je vous soumets :

 

·          Dans quelles mesures, la Savoie doit-elle contribuer aux frais des guerres et militaires de la République Française puisqu’elle bénéficie d’une zone de  neutralité inaliénable ? Cet argent indûment perçu ne devrait-il pas être reversé aux villes et villages ainsi qu’aux collectivités territoriales de la Savoie ?

 

 

 

L’indécence des multiples commémorations savamment orchestrées  sont une provocation supplémentaire,  illustrée sans cesse par la présence d’engins militaires tricolores qui sillonnent ou survolent de façon illégale le territoire de la Savoie.

 

 

 

 

 

Voici les derniers exemples en date de cette occupation militaire :

 

Ø  Half tracks le 2 février 2011

Ø  Avions de chasse le 5 avril  et 17 mai 2011

Ø  Hélicoptères de troupes le 31 mai 2011 (dont je crois vous étiez l’un des passagers)

Ø  Hélicoptères de combat le 7 juillet 2011

Ø  Avions de chasse le 27 septembre 2011

 

 

 

La France et la Savoie ont des mythes fondateurs totalement différents, il ne saurait s’établir une communauté de destin entre ces deux entités après le crime de génocide perpétré par la IIIème république Française à l’encontre de nos aïeux lors de la grande guerre de 14/18 qui est devenue par son ampleur un contentieux irréversible.

La présence de troupes militaires françaises sur le sol de la Savoie n’est-elle pas une imposture colossale dans un contexte aussi particulier ?

 

 

Vous êtes donc cordialement invité à participer le vendredi 11 novembre 2011 à la matérialisation de la zone de neutralité de la Savoie selon les limites définies par les puissances signataires du Traité de Vienne en 1815 Deux cérémonies auront lieu, l’une au Bourget du Lac à 9 heures et l’autre à Thonon les Bains à 15 heures.

 

 

Face aux tourments planétaires qui s’annoncent, c’est le plus beau cadeau que nous puissions offrir à nos enfants afin qu’ils ne revivent jamais la tragédie que connurent nos familles dont les fils furent les martyrs de l’obscurantisme. Ces conditions inédites dans lesquelles se trouve la Savoie imposent la révision des manuels scolaires car cacher à un peuple, ses origines, son histoire et ses droits est sans doute la pire des ignominies !

Désormais, la question de Savoie va bien au-delà de la question prioritaire de constitutionnalité !

 

Je vous prie donc, Monsieur le Président de la République, de recevoir mes meilleures salutations  et vous pouvez compter sur mon entière disponibilité dans vos bureaux de l’Elysée pour la mise en place des modalités d’application et des informations complémentaires au sujet de la neutralité savoisienne  dont le rôle sera primordial dans l’Europe du XXIe siècle.

 

 

Fait à Marline, le 10 octobre 2011

 

 

Joël DUCROS

 

 

 

Nice - Savoie - ONU 1947

© 2016